CINÉ-RENCONTRE “NEIGE & OURAGAN”

a
Vendredi 17 juin, nous recevrons Cyril Barbançon, réalisateur. Il sera en salle pour échanger avec les spectateurs autour de ces deux films spectaculaires, “Ouragan” et “Neige”.

20h30 – OURAGAN – 0h40 – Avec Romane Bohringer

Le film raconte le voyage de 15 000 km du phénomène climatique le plus dévastateur sur notre planète : l’ouragan. Force à la fois destructrice et indispensable à l’équilibre de la vie sur Terre. Son existence est brève mais dramatique : né en Afrique, il grandit au-dessus de l’Atlantique et meurt un mois plus tard en Amérique. Les survivants se confient. Leurs vies sont dévastées, jeunes et anciens livrent leurs peurs, et pourtant acceptent leurs pertes. Avec un regard qui passe du divin au terrestre, l’ouragan brise les équilibres, mais il ramène la lumière.

Il a fallu 3 réalisateurs, Cyril Barbançon, Andy Byatt et Jacqueline Farmer, ainsi que la participation de la NASA pour réaliser Ouragan. Le documentaire est une immersion à l’intérieur de ce phénomène naturel dévastateur.

Des vents de 200km/h, 18 cyclones, 12 pays… Pour porter à l’écran cette expérience, Andy Byatt, Cyril Barbançon et Jacqueline Farmer ont fait équipe avec la NASA, le compositeur Yann Tiersen et Romane Bohringer qui assure le commentaire en voix off.

Nous voyageons littéralement à l’intérieur d’un ouragan, et ce voyage est fantastique et effrayant. Il commence son périple tumultueux au Sénégal, sous la forme d’une tempête de sable, on le suit quand il s’avance vers l’ouest et traverse l’Atlantique pour y soulever d’énormes bateaux et des vagues en furie, avant de s’écraser dans la jungle des Caraïbes.

Fourmis, lézards, chauves-souris, grenouilles, chevaux, hommes, rivières, récifs coraliens … tous plient sous le pouvoir de cette mousson devenue grandiose.

L’ouragan depuis l’espace, à travers les yeux des animaux, l’ouragan depuis les cellules d’intervention d’urgences … l’ouragan depuis le sol quand il explose et déchaîne sa fureur sur nous.

Avec un regard qui passe du divin au terrestre, tous liés par la force destructrice mais purificatrice de Mère Nature, l’ouragan bouleverse les équilibres, mais il ramène la lumière.

 

21h30 – NEIGE – 0h40

Passion pour les skieurs, rêve d’enfant, ou providence d’un village alpin, la neige fascine… et interpelle. Sous le drap blanc immaculé qu’elle déploie chaque hiver se cachent des enjeux économiques et stratégiques. La neige, c’est une merveille étincelante, une promesse d’irrigation, un spectacle attendu mais rendue incertaine par le changement climatique. Entre l’Amérique du Nord et l’Europe, entre les chuchotements de flocons et les grondements d’avalanches, un météorologue s’intéresse aux complexes processus de formation de la neige et son impact crucial sur la flore, la faune sauvage et les activités humaines.

Cyril Barbançon et Jacqueline Farmer, ces deux amoureux de la nature, ont voulu comprendre comment ces flocons qui ont le pouvoir de nous émerveiller sont plus que jamais au cœur d’enjeux économiques, environnementaux et stratégiques.

Leur démarche : suivre la progression d’une dépression hivernale dans différents endroits du globe (en France mais aussi aux États-Unis, en Islande, en Scandinavie, en Pologne) pour comprendre ce qui se passe quand la neige arrive, comment la nature, les animaux et les hommes s’adaptent à cet élément.

Un météorologue suit ce périple pour décrypter le réchauffement climatique, ses conséquences sur l’enneigement et l’impact de ces changements sur les espèces animales et végétales.

Pour comprendre ces enjeux, les réalisateurs ont sollicité les stations de sports d’hiver. “On s’est aperçus que c’était un véritable tabou de parler de ça dans les stations”, confie Cyril Barbançon. Celle des Orres, située entre 1650m et 2720m dans les Hautes-Alpes, est au cœur de l’histoire. L’hiver, ses habitants vivent au rythme de la neige qui a façonné leur vie quotidienne, leurs traditions, l’économie locale.

Sa raréfaction pose de nombreuses questions. Perdre la neige, c’est perdre aussi un certain nombre de choses et pas seulement au niveau économique. Pour Cyril Barbançon, “on ne va pas arrêter le réchauffement climatique” : “Mais on peut diminuer son impact et prendre conscience du lien qu’on a avec ces questions-là”, précise-t-il.

Pour Neige, Cyril Barbançon a conçu lui-même une caméra pour filmer en relief. Un dispositif qu’il a déjà utilisé en 2015 sur le film Ouragan.